Motiver l’engagement du public pour les groupes à risque : le cas des réfugiés


les--a-risque.jpg" alt="Öffentliches Engagement für Risikogruppen motivieren: Der Fall der Flüchtlinge" title="Positive Reaktionen auf Anzeigen. Positive Reaktionen werden durch die Facebook-Reaktionen „Gefällt mir“, „Liebe“ und „Fürsorge“ definiert (in den Facebook-Einstellungen ist jeder Benutzer auf eine mögliche Reaktion beschränkt). Mustafa-Anzeigen werden auf der linken Seitenleiste und Kelli-Anzeigen auf der rechten Seitenleiste präsentiert. Quelle: Journal de science politique expérimentale (2021). DOI : 10.1017/XPS.2021.11″ width= »800″ height= »515″/>

Réactions positives aux publicités. Les réactions positives sont définies par les réactions Facebook « Like », « Love » et « Care » (chaque utilisateur est limité à une réaction possible dans les paramètres Facebook). Les annonces Mustafa sont présentées dans la barre latérale gauche et les annonces Kelli dans la barre latérale droite. Reconnaissance: Journal de science politique expérimentale (2021). DOI : 10.1017/XPS.2021.11

Le COVID-19 peut être plus dangereux pour certaines personnes que pour d’autres. Le risque plus élevé est causé non seulement par plus d’opportunités de contracter le virus, mais aussi par une opinion publique négative envers ceux qui sont accusés à tort de propager la maladie. C’est le , comme l’indique l’article « Des réfugiés à la rescousse ? University, et publié en ligne par la Journal de science politique expérimentale .

Les auteurs ont travaillé avec les ONG Refugees International et Refugee Council US pour examiner comment différents messages pourraient encourager les Américains à s’engager avec des publicités Facebook faisant la promotion des réfugiés et de leurs efforts pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Selon Williamson, qui a mené l’étude en août 2020 aux États-Unis, les utilisateurs qui voient les publicités pourraient cliquer dessus pour montrer leur soutien aux réfugiés, ou ils pourraient voir une réponse positive en « aimant » ou «  » les publicités. « .

Pour générer plus d’engagement, l’étude suggère que les organisations de réfugiés peuvent diffuser des histoires de réfugiés aidant la société d’accueil dans la communauté locale où les téléspectateurs de la campagne publicitaire vivent ou consomment du contenu numérique. « Il serait donc peut-être préférable de planifier une publicité ciblée localement », explique Williamson, qui tente de « combler le fossé entre les communautés d’accueil et les réfugiés qui vivent à côté ».

Enfin, les ONG ne doivent pas avoir peur d’utiliser les termes « réfugié » ou « immigré » : la recherche a confirmé que mentionner ces mots dans une campagne publicitaire (sans discernement) a des réactions plus positives que de ne pas les utiliser.

Lors d’une pandémie, « la peur et les perturbations économiques peuvent réduire la volonté de donner du temps ou de l’argent à des groupes de défense », explique Williamson. « Mais une crise peut être une opportunité pour les groupes de défense, car ils peuvent bénéficier d’attirer l’attention sur les antécédents de migrants ou de réfugiés des personnes qui luttent contre la pandémie. » Cependant, il est également à craindre que « ces récits de réfugiés en tant que héros pourraient également créer ou aiguiser la distinction entre les réfugiés ayant les compétences nécessaires et ceux qui ne possèdent peut-être pas ces compétences ». Cela pourrait devenir problématique si cela sape « un large engagement envers l’objectif initial de la Convention des Nations Unies sur les réfugiés, à savoir soutenir les réfugiés quels que soient leurs capacités et leur statut ».


Le partenariat entre les organisations humanitaires et le gouvernement est essentiel pour fournir une aide en espèces aux réfugiés


Plus d’information:
Claire L. Adida et al., Réfugiés à la rescousse ? Motiver l’engagement du public pour les réfugiés pendant la pandémie de COVID-19, Journal de science politique expérimentale (2021). DOI : 10.1017/XPS.2021.11

Fourni par l’Université Bocconi

Citation: Motivating Public Engagement for At-Risk Groups: The Case of the Refugees (2022, 14 avril) Extrait le 14 avril 2022 de https://phys.org/news/2022-04-engagement-groups-case-refugees.html

Ce document est protégé par le droit d’auteur. Sauf pour le commerce équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est uniquement à des fins d’information.

Laisser un commentaire