Le réseau social conservateur Parler poursuit Amazon pour la fermeture du Web


Parler a été forcé de se déconnecter après qu'Amazon ait averti que la société perdrait l'accès à ses serveurs car elle ne surveillait pas correctement la police.  V.

a été forcé de se déconnecter après qu’ ait averti que la société perdrait l’accès à ses serveurs car elle ne surveillait pas correctement le contenu violent.

La plate-forme sociale Parler a poursuivi Amazon lundi après que le département Web du géant de la ait mis hors ligne le favorable aux conservateurs, car il n’y avait pas d’incitation à la violence.

Le parler basé au Nevada a demandé à un tribunal fédéral une injonction pour empêcher Amazon Web Services de bloquer l’accès aux serveurs Internet.

Le procès intervient au milieu d’une vague d’actions de géants en ligne bloquant l’accès aux partisans du président Donald Trump à la suite de l’invasion du Capitole américain la semaine dernière et de plans présumés de nouvelles manifestations violentes, en particulier le jour. Le président élu Joe Biden entrera en fonction.

Le procès a déclaré que Parler était censé faire noir tard lundi, mais les trackers Web ont déclaré qu’il était hors ligne tôt dans la journée et qu’il n’avait pas trouvé de nouveau service d’hébergement.

L’arrêt des serveurs serait « l’équivalent de débrancher un patient hospitalisé pour son maintien en vie », selon le procès. « Cela va tuer les affaires de Parler – juste au moment où cela va monter en flèche. »

Parler a allégué qu’Amazon avait enfreint les lois antitrust et aidé son rival social Twitter, qui a interdit Trump et d’autres comptes promouvant des actions violentes.

« La décision d’AWS de clôturer effectivement le compte de Parler est apparemment motivée par des animations politiques. Elle vise également apparemment à réduire la concurrence sur le marché des services de microblogage en faveur de Twitter », indique la plainte.

Amazon n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Dans une série de messages sur Parler avant la fermeture du site Web, le PDG John Matze a accusé les géants de la technologie de « guerre contre la liberté d’expression ».

Matze a également nié les allégations selon lesquelles il autorise un contenu violent.

«Notre équipe a travaillé dur pour créer un ensemble de directives communautaires strictes qui interdisent spécifiquement les contenus qui incitent ou menacent la violence ou toute autre activité qui enfreint la loi», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Cependant, il a également été affirmé que la surveillance de tout le contenu était problématique car « Parler n’est pas une application de surveillance, nous ne pouvons donc pas simplement écrire des algorithmes capables de trouver rapidement 100% du contenu offensant. »

Le procès est la dernière tournure d’un différend entre opérateurs en ligne et partisans du président, qui est entré dans une nouvelle phase après le siège du Capitole américain la semaine dernière.

Twitter et Facebook ont ​​chacun bloqué le compte de Trump, tandis que le service de paiement en ligne Stripe a cessé de traiter les transactions sur le site Web de Trump après l’attaque de la semaine dernière.

Parler, qui a été lancé en 2018, fonctionne de la même manière que Twitter, avec des profils et des «Parleys» au lieu de tweets.

Au début, la plateforme a attiré une tonne d’utilisateurs ultra-conservateurs et même d’extrême droite. Mais plus récemment, il a signé des votes républicains beaucoup plus traditionnels.

Les partisans de Trump ont exprimé leur indignation à l’annonce de la fermeture de la plateforme.

Avant la fermeture, le fils du président, Donald Trump Jr., s’est plaint que « Big Tech a complètement éliminé le concept de la liberté d’expression en Amérique ».

La plateforme a été vivement critiquée en 2018 lorsque les enquêteurs ont découvert que l’homme armé qui avait tué 11 personnes lors d’une attaque contre une synagogue à Pittsburgh avait déjà publié des messages antisémites sur le site Web.


Site Web Parler forcé hors ligne: traqueur Web


© 2021 AFP

Citation: Le réseau social conservateur Parler Amazon pour l’arrêt du Web (2021, 11 janvier), consulté le 11 janvier 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-01-social-network-parler-sues-amazon. html

Ce document est soumis au droit d’auteur. Sauf pour le commerce équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni à titre informatif uniquement.

Laisser un commentaire